La Boîte à Jouer > Spectacles jeune public & tout public 2019

La programmation 2019 de la Boîte à Jouer est en ligne !

— En janvier & février 2019 —

Du 10 au 12 janvier
A la Halle des Chartrons
Du 9 au 12 janvier
A la Halle des Chartrons
Les 17, 18 & 19 janv
A la Halle des Chartrons
Du 31 janv au 03 févr
& du 07 au 10 févr

Au Labothéâtre La Rousselle
Séances le jeudi et vendredi à 19h
Séances le samedi à 10h30 & 14h30 & 19h« Bonobo »
Cie Fracas
Séances à 20h30

« RSF »
Cie Matière Première

Lectures à 18h

Séances à 20h

« Debout payé »
Cie Yakka

Séances du jeudi au samedi à 20h
& le dimanche à 16h
« Le Rétrogradé »
Collectif Jabberwock
Concert illustré
Tout public, à partir de 6 ans
40 min
Concert illustré
Tout public
1h
Théâtre
Mise en théâtre du roman « Debout Payé » de Gauz
Tout public
1h15
Théâtre, rap
Tout public, à partir de 15 ans
55 min
Création accompagnée par La Boîte à Jouer
Au beau milieu d’une vaste forêt faite d’arbres millénaires et d’animaux de toutes sortes, nous suivons les tribulations de cet enfant sauvage qui vit ici, en parfaite harmonie avec la nature. Son meilleur ami : un petit singe avec qui il semble avoir toujours vécu, libre et spontané. Grimper à mains nues, sauter de branche en branche, courir sur les rochers, jouer à cache-cache avec les oiseaux, se nourrir à même les arbres… ce petit paradis sur terre est leur royaume, et ils le connaissent par cœur. Jusqu’au jour où … R.S.F, petite station de radio locale, plonge les auditeurs et spectateurs au coeur d’un fait divers imprégné de musiques blues et country. Surgissent alors des personnages évoluant au beau milieu de cartes postales vibrantes et animées, aux couleurs teintées de marécages, de chemin de fer et d’alcool frelaté de contrebande. Autant d’occasions d’aller se balader du côté du Marais poitevin comme sur les rives du Mississippi, de vivre l’ambiance d’un honky tonk un soir de paye et d’entrevoir peu à peu, une inévitable rencontre avec le Diable… Debout-Payé est un chant en l’honneur d’une famille où, de père en fils, on devient vigile à Paris, en l’honneur d’une mère et plus globalement en l’honneur de la communauté africaine à Paris, avec ses travers, ses souffrances et ses différences. C’est aussi l’histoire politique d’un immigré et du regard qu’il porte sur la France. Le récit se déroule sur une toile de fond historique allant des années soixante à nos jours. Cinquante ans d’histoire de l’immigration d’Afrique noire, cinquante ans d’histoire de France. On y retrouve évoqués la décolonisation, la crise pétrolière, les politiques d’immigration, le multiculturalisme, la mondialisation, le chômage, l’expansion consumériste, le 11 septembre, les médias. Un ménestrel, un musicien, un entertainer… mais venu d’ailleurs. Il est Le Rétrogradé, il a voyagé dans le temps pour venir jusqu’à nous et nous délivrer un message. Là-bas l’apocalypse a donné naissance à une société nouvelle, fondée sur la compétition permanente. Dans ce monde seuls les Gagnants et les Gagnantes, ont le droit à L’avenir… Sur sa route, Le Rétrogradé découvrira sa mission : profiter de sa relégation pour nous avertir de l’absurdité d’un tel futur. Ce récit d’anticipation rend compte de phénomènes actuels en nous projetant dans un futur surréaliste, redessiné par l’absurde et l’humour. Un spectacle entre récit pure, rap et composition électro en direct.

— De Janvier à mars 2019 —

« La couleur des émotions » – Cie Vita Nova
Danse et lecture en musique
Jeune public, jusqu’à 8 ans
30 minutes (et discussion à la fin)

Samedi 19 Janvier à 10h30 à La Halle des Chartrons
Samedi 9 Février à 15h et 16h30 à La Rousselle
Mercredi 20 Mars à 10h30 au Cerisier
Samedi 23 Mars à 10h30 et 15h au Cerisier

Dans un espace symbolisant l’univers de l’enfant, son imaginaire, une lectrice raconte en s’accompagnant du livre « La couleur des émotions » (Anna Llenas), un voyage à travers 6 émotions : la joie, la tristesse, la colère, la peur, la sérénité…et l’amour… « Le monstre des couleurs est tout embrouillé : on dirait qu’il s’est emmêlé les pinceaux. Ses émotions sont sens dessus dessous !! » Comment s’y retrouver quand le cœur est tout emmêlé ? Chaque émotion est présentée sur une double page avec un pop up d’animation et une couleur associée. Dans le livre, comme sur scène, un personnage camouflé derrière un paravent, surgit de l’imaginaire de la « conteuse-enfant ». Il est à la fois le monstre, les émotions…et l’enfant lui-même.


— Du 16 au 23 février 2019 —

Les « Grenadines Givrées » à la salle des fêtes du Grand Parc

La Salle des Fêtes du Grand Parc ouvre ses portes à la Boîte à Jouer pour son festival familial Les Grenadines Givrées ! Il y en aura pour tout le monde, des bébés, aux enfants, aux ados jusqu’aux parents et grands-parents. Il y aura des bals, du théâtre, de la musique, de la danse… mais aussi un espace de découvertes et de bien-être avec des lectures, des massages, des vinyles…

Samedi 16 février
– De 10h30 à 11h30

« Entrez dans la danse » – Cie Entresols
Parcours autour des sens et de la danse
Pour les parents, bébés et enfants jusqu’à 6 ans
Tout d’abord, c’est un spectacle de danse qui te captera… Et puis, ce sera à toi d’entrer dans la danse ! Prend ta petite famille, et entre dans cet univers aux mille couleurs & matières… bouge… amuse-toi… câline-toi… danse.

– A 19h : Bal électro proposé par la Cie Rêvolution
Du disco à l’électro, en passant par le hip hop, c’est le groove qui t’invite à te déchaîner ! La cie Rêvolution et DJ Neoz changent les codes de tes soirées dansantes habituelles, que tu aies 4 ans ou plus de 99 ans. Notre bal d’adresse à toi que t’en sois à tes premiers pas de danse ou que tu sois au top niveau. Attention les surprises !

– A 21h30 : Piano Boomboom par Mezerg
Du piano et du boom boom… que demander de mieux pour clôturer cette soirée de folie. Il sera au milieu de la fosse pour déchaîner le dancefloor !



Dimanche 17 février
Séances à 15h30 et 18h
« Natanael » -Cie Opéra Pagaï
Marionnettes et théâtre d’objets
A partir de 6 ans
(Accessible aux personnes sourdes et malentendantes)
1h

Un jeu d’enfant ! Natanaël est un personnage-marionnette imaginé par un garçon de neuf ans.
Il évolue dans un bric-à-brac d’objets extraits du monde de l’enfance : chevaliers et pirates côtoient vaisseaux spatiaux et araignée géante.
Fidèlement retranscrits, les récits de Diego s’incarnent grâce à la complicité, aux savoir-faire, aux marionnettes et objets bricolés par Opéra Pagaï qui signe là son nouveau spectacle jeune public.
Un exemple de théâtre brut, enfantin artisanal et coloré. Totalement ludique et complètement onirique.


Du mardi 19 au samedi 23 février
De 9h30 à 18h30

« Histoires comme ça » – Cie Intérieur Nuit
Audiospectacle dans un igloo
tous publics, conseillé à partir de 5 ans
Durée : 30 minutes (un, deux ou trois contes d’une dizaine de minutes)Rudyard Kipling – « Histoires comme ça » : Ces contes (dits étiologiques) expliquent de manière fantaisiste une caractéristique de certains animaux et son origine : la baleine a des fanons suite à sa rencontre avec un marin naufragé ; un crocodile, tirant sur le nez d’un petit éléphant, le dote d’une trompe ; le dromadaire qui refuse de travailler se voit pousser une bosse sur son dos ; la robe du léopard se pare de tâches pour mieux se fondre dans la jungle…
Sous un semblant de réalité, des comédiens & comédiennes ont donné leur voix pour conter ces courtes histoires imaginaires qui vous sont proposées dans un Igloo en 6.1 sur des transats aux lumières tamisées. 


Mardi 19 février
Les contes de Monia Lyorit

– A 14h30 : « Contes du monstre du placard » de T. Martin
Contes à partir de 4 ans
40 min
Le monstre dans le placard est parti prendre le soleil. Au fond de son ancienne cachette, il a laissé des histoires…

– A 16h30 : « Petits contes cuisinés » de TS. Sullivant
Contes à partir de 3 ans
40 min
Deux petits vieux se disputent, un petit bonhomme part faire des courses, une vache mange les légumes du potager…


Samedi 16 février, séances à 10h30 et à 11h30
« De l’air » – Cie Entresols
Danse, à partir de 1 an
35 minEntre blizzards et brises légères, « De l’Air » est une ballade aérienne qui se nourrit des sensations éprouvées par le corps au contact de l’air, du souffle, du vent. C’est un voyage poétique où l’imperceptible prend corps, l’invisible devient visible. Dévoilé par des tracés aux infinies nuances, l’espace respire, les limites s’effacent.
Deux danseuses, les corps traversés par d’invisibles courants d’air, balayés par des souffles imaginaires, évoluent sur le plateau. Matières faseillantes et flottantes, elles se déforment et se tordent, tantôt instables, mouvantes et immatérielles, tantôt résistantes, fortes et ancrées.
Leurs fluctuations atmosphériques, rythmées par les apparitions successives et ludiques d’objets à voler, à siffler ou à ventiler, emporteront les jeunes spectateurs dans un voyage sensible aux multiples variations.Un spectacle à rêver d’envol, de flottement, de légèreté et de grandes glissades sur la tranche des vents.
Une histoire qui invite à prendre un grand bol d’air, à se déployer, à (vol) planer et à s’élever durant les quelques instants privilégiés d’une représentation.


Mercredi 20 – jeudi 21 – vendredi 22 février, séances à 14h30
« Fragile » – Cie La Tendresse du Gravier
Théâtre d’ombre, de 5 à 10 ans
35 min

Simon est un garçon de 8 ans. Tous les soirs pour s’endormir, il a besoin de sa couette, son masque, son tuba. Comme ça, caché sous sa couette, il peut continuer à respirer.
Dès qu’on éteint la lumière Simon entend des bruits, il sent l’air froid sur son visage. Oui, il a peur le soir, à la nuit tombée.
Ce soir, Papa supprime le tuba ! Il ne faut pas avoir peur de tout et tout le temps. Papa est là avec Maman pour le protéger, alors …bonne nuit.
Pourquoi il dit qu’il est là avec Maman pour le protéger si les monstres n’existent pas !? Il ment ! Il a peur lui aussi…
Pourquoi Simon a peur comme ça ? Ça fait déjà un moment qu’il se pose la question. Il ne sait pas. De quoi, de qui a-t-il peur? De ce qu’il ne connaît pas, de tout ce qui lui est inconnu, étranger.
En attendant, ce soir, Simon est tout seul dans sa chambre. Ras le bol d’avoir peur ! Il décide d’être courageux, de vaincre ses peurs. Il va braver le monde des cauchemars … et rencontrer le Roi des monstres.


Mercredi 20 – jeudi 21 – vendredi 22 février, séances à 19h
« Mue et moi » – Cie Sons de Toile
Théâtre visuel et vibratoire
Tout public, conseillé à partir de 7 ans (accessible aux personnes sourdes et malentendantes)
45 minutes
Création – nouvelle forme 

C’est l’histoire d’un corps. Un corps vivant qui se découvre aux yeux du monde, nous : les autres. Est-il comme nous ? Comment le voyons-nous ? Et lui, quel regard pose-t-il sur nous ? Laissons-nous embarquer dans un voyage intime où la poésie du mouvement et de la voix nous invitent, sans parole, à explorer le dedans et le dehors de ce que nous sommes : des êtres sensibles, mouvants et changeants.
Une création 2017, reprise et modifiée en 2019, sans parole à destination de tous & toutes qui expérimente et crée un langage commun avec les personnes sourdes & malentendantes, sans autre prétention qu’une ouverture à l’échange.


Samedi 23 février, Séance à 20h30
« Comment va la terre ? Elle tourne… «  – Cie Kiroul
Théâtre, clown / adultes et enfants à partir de 4 ans
50 minutes

Les Fautifs racontent le monde… Deux clowns, inventeurs de l’humour écologique, ont le plaisir de vous présenter leur spectacle avec effets spéciaux, dressage d’animaux sauvages et musique baroque.


— En mars 2019 —

Du 13 au 16 mars & du 20 au 23 mars au Cerisier
& du 4 au 6 mai au Théâtre La Lucarne
Du 20 au 23 mars & du 27 au 30 mars
Au Théâtre des Beaux-Arts
Séances à 20h
« Des paniers pour les sourds »
Cie Le Liquidambar
Séances à 20h30
« Madame Magarotto »
Cie des Petites Secousses
Inspiré du poète Paul Vincensini
Théâtre de marionnettes
Tout public, à partir de 12 ans
1 h
Création accompagnée par La Boîte à Jouer

Théâtre
Tout public, à partir de 8 ans
1 h
Création accompagnée par La Boîte à Jouer

Un homme est assis. Il surveille le bruit dans sa tête, le grand vacarme de sa mémoire. C’est un archiviste malgré lui. Toute sa vie, il a rangé tant bien que mal un amas de souvenirs et de sensations dans sa boîte crânienne qui semble aujourd’hui devenue trop petite pour tout contenir. Il n’aura pas d’autre choix que de rouvrir cette boîte, trier et se confronter à ses doubles, à cette part d’inconnu qu’il porte en lui. Il empruntera le chemin de la solitude pour traverser des images oniriques qui composent le miroir de sa vie. Un théâtre visuel où se confrontent présences humaines et objets marionnettiques. Dans une petite maison en bord de mer, une femme sans âge vit reculée. Les jours coulent à son rythme. Elle prépare des repas simples. La lumière est douce. Il ne fait ni trop chaud ni pas assez. Il y a le ressac de l’océan et un crabe tranquille posé sur le sable. Rien ne semble pouvoir troubler sa douce retraite. Et pourtant, un midi, une sonnerie retentit. Un téléphone qui semble décidé à ne pas cesser tant que Madame Magarotto n’aura pas répondu.